IMG
L'effet de la baisse des taux d'intérêt sur le nombre de locataires pouvant accéder à la propriété

Dans le cadre d’un partenariat avec le Crédit Foncier, le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po a réalisé une étude mesurant l’effet de la baisse des taux d’intérêt de crédit immobilier sur le nombre de locataires pouvant accéder à la propriété.

Sur les huit millions de locataires de moins de 65 ans, un peu moins d’un quart d’entre eux, 23%, pouvaient fin 2013, s’ils le souhaitaient, se porter acquéreurs d’un logement équivalent à celui qu’ils occupaient. Cette étude estime qu’une baisse de 100 points de base de taux d’intérêt (et à autres conditions inchangées) augmenterait le nombre d’accédants potentiels entre 337 941 ménages et 176 000 ménages, selon qu’on prenne en compte l’impact potentiel de la baisse des taux sur les prix. Pour une baisse des taux correspondant à la période allant de 2013 à 2016, l’extrapolation de ces résultats suggère qu’entre 321 482 et 632 000 ménages supplémentaires auraient une capacité d’emprunt suffisante pour acheter leur logement.

Six scénarii de baisse de taux envisagés

Cette analyse est réalisée sur la base des données de l’enquête logement 2013 avec un financement de 90% de la valeur du logement occupé par un crédit à taux fixe de 2,97% sur une durée de 17 ans. L’évolution des revenus et de la durée des crédits n’a pas été prise en compte pour réaliser cette étude. Deux variantes liant les taux et les prix de l’immobilier ont été retenues. Dans le premier cas, les variations de prix ne sont pas prises en compte alors que le second retient l’hypothèse qu’une baisse de 100 points de base fait augmenter les prix de 3,6%.

Six scenarii ont été étudiés avec des variations de taux qui reposent sur des baisses de 50 points de base, 75 points, 100 points, 125 points, 150 points et 175 points. Cette dernière hypothèse correspond au scénario proche de la baisse de taux intervenue entre en France entre fin 2013 et fin 2016. Une baisse de 175 points de base rend ainsi éligibles à la propriété entre 321 482 et 632 000 ménages locataires de plus. Ainsi, entre 2,1 et 2,4 millions de ménages locataires seraient éligibles à la propriété alors qu’ils n’étaient que 1,8 million en 2013.

A qui profite cette baisse de taux?

La baisse des taux a modifié le profil du locataire pouvant devenir propriétaire. Quatre caractéristiques principales se dégagent parmi ces locataires qui deviennent éligibles à la propriété grâce à la baisse des taux:

  • Les ménages bénéficiaires habitent, pour une part importante d’entre eux, dans des communes rurales ou plus faiblement peuplées. Moins les prix immobiliers sont élevés, plus l’effet apporté par la baisse des taux d’intérêt est important. A l’inverse, cet effet est moindre dans des agglomérations où les prix immobiliers sont déjà inaccessibles pour un grand nombre de ménages, quel que soit le niveau de taux d’intérêt.
  • Il s’agit essentiellement de foyers composés d’une ou deux personnes, à qui la baisse des taux profite davantage qu’aux familles nombreuses.
  • Il s’agit de ménages dont les revenus sont souvent modestes ou intermédiaires (classes moyennes).
  • Enfin, l’accès à la propriété des occupants de logements sociaux est facilité: un tiers des locataires devenus éligibles à la propriété habite dans un logement HLM, quel que soit le scenario de baisse de taux retenu.
Next Finance 29 novembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique