IMG
Grandes dépenses de la vie (santé, études, immobilier, retraite, fin de vie) : deux Français sur trois comptent désormais plus sur eux-mêmes que sur la collectivité

Santé, études, immobilier, retraite, fin de vie: la vie est aussi un parcours d’investissement. Alors que de grandes réformes ont été lancées ou se préparent sur beaucoup de ces sujets, que la pression fiscale reste élevée et que la dette publique s’approche de 100% du PIB...

Santé, études, immobilier, retraite, fin de vie: la vie est aussi un parcours d’investissement. Alors que de grandes réformes ont été lancées ou se préparent sur beaucoup de ces sujets, que la pression fiscale reste élevée et que la dette publique s’approche de 100% du PIB, les Français pensent-ils pouvoir continuer à compter sur le système de l’Etat-Providence, fondé sur la mutualisation des risques et la gratuité, pour financer les grandes dépenses leur vie?

Pour le savoir, l’institut de sondage OpinionWay a effectué à la demande de Lyxor Asset Management, filiale de gestion d’actifs de Société Générale, une grande enquête d’opinion auprès d’un échantillon représentatif de la population française, comptant 1028 personnes âgées de 18 ans et plus. OpinionWay a également interrogé un échantillon représentatif de personnes gagnant au moins 60.000 euros par an par foyer afin de vérifier si les réponses des Français varient en fonction de leur niveau de revenus.

Premier enseignement frappant de ce sondage, les Français sont 67% à estimer que dans les années à venir, ils devront avant tout compter sur eux-mêmes pour financer les grandes dépenses de leur vie, telles que leurs frais de santé, leur retraite, leur fin de vie ou celle de leurs parents. Ils ne sont que 5% à compter sur les pouvoirs publics sur ces différents sujets.

Les Français sont même 77% à penser qu’ils vont devoir, face à toutes ces dépenses, trouver de nouveaux moyens de financement. 89% estiment qu’ils devront anticiper davantage face à ces défis financiers.

Quelles seront les dépenses les plus difficiles à financer à leurs yeux? En premier lieu, la fin de vie ou celle de leurs parents, puis les soins de santé non pris en charge par la sécurité sociale, leur retraite et le logement de leurs enfants. Les études des enfants, qui ne figurent pas parmi les dépenses jugées les plus complexes, sont tout de même qualifiées de «difficiles à financer» par près de 70% des Français, alors que de nombreuses formations restent encore gratuites ou d’un prix moins élevé que dans les pays anglo-saxons.

Face à un tel changement de paradigme, les deux tiers des Français estiment manquer de produits et services financiers innovants. Néanmoins, 68% de la population dit se préparer au financement de ces grandes dépenses, soit en épargnant, soit, a minima, en s’informant, un taux qui atteint les 83% chez les Français aux revenus plus élevés.

Quels sont les moyens que les Français comptent utiliser pour financer ces grandes étapes de leur vie? Avant tout, leur compte courant et l’épargne réglementée (Livret A, LDD, PEL, PEP, CEL…), malgré le niveau très bas des taux d’intérêt. Ils ont beaucoup moins recours aux placements en assurance-vie ou en produits mobiliers (actions, obligations…), à l’exception des Français aux revenus plus élevés qui comptent davantage sur ces solutions financières.

Et quand on leur demande vers qui ils pensent se tourner pour obtenir de l’information et des conseils sur le financement des grandes étapes de leur vie, les proches sont le premier recours des Français interrogés, dans de nombreux domaines: études, fin de vie, dépenses de santé… Les conseillers financiers, et en particulier le conseiller bancaire, trouvent droit de cité sur des sujets comme l’immobilier et la retraite.

Lionel Paquin, directeur général de Lyxor Asset Management, commanditaire de ce sondage, souligne: «Il n’est pas surprenant que les Français aient une conscience toujours plus aiguë des nombreux changements de leur environnement économique et financier. Ce qui est frappant, c’est l’ampleur de cette prise de conscience et le besoin de conseils, d’idées, de solutions, parfois même tout simplement d’interlocuteur. En tant que professionnels de l’épargne, ces résultats nous interpellent et nous engagent en nous posant un triple défi: celui de l’éducation financière, celui de la communication et de l’information et celui de l’innovation, tous pour mieux répondre à ces besoins nouveaux tout au long de la vie».

Next Finance 8 juin

Voir en ligne : Sondage OpinionWay pour Lyxor AM - Les grandes dépenses de la vie

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique