IMG
Focus on : Obligations à taux variables

Quand ils arriveront ensemble vendredi et samedi pour leur symposium annuel de Jackson Hole, dans le Wyoming, les principaux banquiers centraux trouveront un paysage en plein bouleversement. Depuis leur dernière réunion, la Réserve Fédérale a augmenté ses taux d’intérêt directeurs à trois reprises...

Fonds Deutsche Floating Rate Notes (obligations à taux variables): près de deux milliards d’euros de flux entrants d’une année sur l’autre*

Quand ils arriveront ensemble vendredi et samedi pour leur symposium annuel de Jackson Hole, dans le Wyoming, les principaux banquiers centraux trouveront un paysage en plein bouleversement. Depuis leur dernière réunion, la Réserve Fédérale a augmenté ses taux d’intérêt directeurs à trois reprises et suggéré qu’elle allait poursuivre le mouvement. Pendant ce temps, la Banque centrale européenne a également initié une inflexion de sa politique monétaire et prévu d’éteindre progressivement son programme d’achat d’actifs d’ici la fin de 2018.

Dans ces phases de changement de politique monétaire, le prix des obligations tend habituellement à chuter, alors que l’émission de nouveaux titres de dette s’accompagne de coupons plus élevés.

D’un autre côté, les obligations avec des taux d’intérêt variables ne sont pas affectées, alors que le coupon s’ajuste à intervalles réguliers au taux d’intérêt en vigueur comme par exemple l’Euribor. Dans ce contexte, depuis le début de l’année, les investisseurs ont acheté pour environ deux milliards d’euros du fonds Deutsche Floating Rate Notes dédié aux obligations à taux variable. Les actifs sous gestion s’élèvent actuellement à 11,2 milliards d’euros** faisant du fonds le plus important de la catégorie Morningstar «EUR Ultra Short-Term Bond».

Dans l’environnement actuel de taux d’intérêt négatif, acquérir un taux variable n’est pas suffisant pour réaliser une performance positive. Par conséquent, le gérant Christian Reiter cherche à dégager un gain supplémentaire sur la maturité restante aussi bien que sur la solvabilité de l’émetteur.

La duration moyenne du crédit du fonds est actuellement de 2,2 ans. Plus de 50% des encours du fonds sont investis en obligations du secteur financier et près de 30% en titres de dettes d’entreprises présentes dans d’autres secteurs. Les risques actuels résultant d’obligations libellées en devises étrangères sont couverts. «A ce stade, nous attendons que la Banque Centrale européenne augmente ses taux d’intérêt directeurs en septembre 2019 pour la première fois depuis 2011. A ce titre, le fonds est positionné pour atténuer les effets de la hausse des taux d’intérêt dans un avenir proche» estime Christian Reiter.

Christian Reiter 30 août
P.-S.

* à fin juin 2018, BVI

** au 20 août 2018, DWS

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique