IMG
Epargne Forcée : Comment satisfaire le besoin de liquidité ?

Selon l’Observatoire Français des Conjonctures Économiques, les Français auraient été «forcés» d’épargner 55 milliards d’euros à l’issue des 8 semaines du confinement. Pourtant, une bonne partie de cette épargne forcée pourrait, en réalité, être tout simplement thésaurisée. Cela représenterait un coût d’opportunité important pour les Français.

En effet, d’après la Banque de France, les dépôts bancaires ont atteint près de 20 milliards d’euros en mars, presque trois fois plus qu’en février. Environ 14 milliards ont été déposés sur des comptes courants à vue ou conservés en liquide. Le reste, soit 6 milliards, est placé sur des comptes de dépôts rémunérés (Livret A, Sicav, FCP). Ces 6 milliards d’euros de placements sont dans la moyenne mensuelle observée par la Banque de France depuis 2017, ce qui montre que les Français n’ont pas adapté leurs habitudes d’épargne à la période actuelle.

Dans ce contexte, Sarah Zamoun, responsable Distingo, apporte son éclairage sur les différents outils au service de l’épargne des Français qui se posent la question: comment à la fois faire fructifier son épargne tout en conservant la liquidité nécessaire pour faire face à l’incertitude?

1. Les produits très liquides, les plus adaptés aux périodes d’incertitude

Cette catégorie de produits regroupe différentes offres d’épargne règlementée ou fiscalisée.

L’épargne réglementée concerne les produits dont les conditions de fonctionnement sont fixées par les pouvoirs publics. Ce sont des placements sans risque garantis par l’Etat qui rencontrent un franc succès malgré une rémunération relativement faible. On y compte le Livret A, le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS), le Livret d’Epargne Populaire (LEP) ou encore le livret jeune (accessible aux personnes agées de 12 à 25 ans).

Ces produits sont soumis à un plafond, qui varie de 1 600€ pour le livret jeune à près de 23 000€ pour le Livret A. En outre, ils sont parfois soumis à des conditions d’âge et de revenus.

L’épargne fiscalisée concerne des produits au fonctionnement similaire à cela près qu’ils sont fiscalisés et que leur fonctionnement est décidé librement par les banques. Ce sont des placements sans risque avec capital garanti et disponible. Le plus liquide est le Super Livret, au taux très attractif.

Le succès de ces livrets réside dans leur modèle: ils sont très liquides, c’est-à-dire que les fonds qui y sont placés peuvent en être aisément retirés. Ils permettent ainsi de faire fructifier son épargne et d’avoir des fonds disponibles facilement en cas de soucis financier.

Ces produits sont la base d’une stratégie d’épargne dont l’objectif est l’absolue liquidité. L’épargnant qui souhaite y avoir recours et optimiser son(ses) placement(s) doit:

  • comparer les rendements des livrets fiscalisés et réglementés afin d’en tirer le plus de rentabilité,
  • vérifier qu’il répond aux différentes conditions,
  • s’il s’avère que les livrets réglementés lui correspondent mieux, il pourra alors y abonder jusqu’au plafond et ensuite se tourner vers les livrets fiscalisés.

2. Les produits un peu moins liquides, pour faire fructifier l’épargne forcée

Mis à part le Super Livret, il existe d’autres types de produits d’épargne fiscalisée: les comptes à termes (CAT). Leurs taux d’intérêts sont encore plus rémunérateurs mais ils ne permettent une sortie en capital qu’au bout d’une période définie à l’avance, généralement entre 1 et 3 ans. Trois catégories se distinguent:

  • Le CAT à taux fixe,
  • Le CAT à taux progressif, qui augmente au fil du temps,
  • Le CAT à taux variable qui est indexé sur un taux de marché ou un indice de référence.

Ces produits sont adaptés aux épargnants qui n’anticipent pas un besoin en liquidité très immédiat. Ils s’adressent typiquement aux Français qui ont maintenu leurs niveaux de revenus pendant la crise et qui ont reporté leurs dépenses de consommation. Par conséquent, leur besoin de liquidité est moindre et ils peuvent espérer tirer une meilleure rémunération de leur épargne afin d’en profiter dans 1,2 ou 3 ans.

3. Les nouveaux PER, plus liquides depuis la loi Pacte

L’épargne retraite est composée de produits qui bloquent le capital déposé jusqu’au départ en retraite. Toutefois, les nouvelles offres issues de la loi Pacte permettent de débloquer les fonds en cas d’acquisition de sa résidence principale, de perte d’autonomie, mais aussi de surendettement, de chômage de longue durée, etc.

Ils offrent donc, sous certaines conditions, une forme de souplesse à l’épargnant qui peut préparer sa retraite tout en sachant qu’en cas de coup dur, le capital n’est pas immobilisé.

Sarah Zamoun 18 mai
Partager


Commentaire

Dans la même rubrique