IMG
Encore des baisses en avril… : Les taux de crédit ont été divisés par 3 en 10 ans !

En avril, une dizaine de banques ont baissé leurs taux de crédit quand d’autres les ont laissés inchangés… Aucune remontée n’a été constatée en ce «Printemps de l’immobilier», période traditionnellement propice à la conquête de clientèle pour les banques et donc à une forte concurrence, accrue cette année par le léger repli de la demande constaté au 1er trimestre.

En avril, une dizaine de banques ont baissé leurs taux de crédit quand d’autres les ont laissés inchangés… Aucune remontée n’a été constatée en ce «Printemps de l’immobilier», période traditionnellement propice à la conquête de clientèle pour les banques et donc à une forte concurrence, accrue cette année par le léger repli de la demande constaté au 1er trimestre. Dans ce contexte, Vousfinancer, réseau de 180 agences de courtage en crédit, n’entrevoit pas de remontées des taux d’ici l’été. En 10 ans les taux de crédit immobilier ont ainsi été divisés par 3 quand les prix n’ont eux presque pas évolué…

Encore des baisses de taux en avril, aucune remontée…

En avril, contrairement aux mois précédents où il était difficile de dégager une tendance uniforme sur les taux de crédit immobilier, les barèmes de taux reçus sont tous orientés à la baisse ou stables. Une dizaine de banques, dont certaines nationales, ont baissé leurs taux de 0,05% à 0,20% en fonction des durées ou des profils.

«Compte tenu de l’affaiblissement de la demande constatée en début d’année - en repli de 20% environ au 1er trimestre par rapport à 2017 - mais également sous l’effet de la détente des taux d’emprunt d’Etat repassés à moins de 0,70% début avril contre près de 1% mi-février, les taux de crédit immobilier sont actuellement particulièrement attractifs. Traditionnellement, au printemps, période très active en matière de transactions immobilières, les banques pratiquent de fortes décotes pour capter une clientèle de nouveaux acquéreurs… C’est ainsi que nous obtenons à nouveau des taux proches des records historiques de 2016 et nous n’entrevoyons pas de remontées sensibles d’ici à cet été…» analyse Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer.

Les taux moyens sont actuellement à 1,35% sur 15 ans, 1,55% sur 20 ans et 1,75% sur 25 ans, mais au mieux il est possible de négocier des taux à 0,80% sur 15 ans, 1,15% sur 20 ans et 1,45% sur 25 ans pour les meilleurs profils.

Des taux de crédit divisés par 3 par rapport à 2018!

Les taux de crédit sont donc à nouveau proches des plus bas niveaux historiques de novembre 2016 (1,40% sur 20 ans en moyenne). Ils ont ainsi été divisés par 3 par rapport à 2008, entrainant une hausse de la capacité d’emprunt de plus de 50 000 € pour une même mensualité de 1000 € par mois sur 20 ans, et une baisse du coût du crédit de près de 80 000 € en 10 ans, pour 200 000 € empruntés.

En prenant en compte la règle indiquant que la mensualité de crédit ne peut dépasser 33% des revenus, le salaire net minimum nécessaire pour emprunter 200 000 € sur 20 ans a diminué de 1000 €, passant de 3 933 € à 2 938 € en 10 ans!

«Grâce à la baisse des taux de crédit divisés par 3 ces 10 dernières années, toutes choses égales par ailleurs, la part des salariés qui peuvent emprunter au minimum 200 000 € a doublé passant de 7 à 15% des Français. Si l’on raisonne en termes de pouvoir d’achat immobilier, il est en hausse de 34% au global car les prix n’ont finalement que peu évolué par rapport à il y a 10 ans si l’on observe les prix sur l’ensemble de la France. A Paris en revanche la baisse des taux a été plus qu’absorbée par la hausse des prix passés de 6 000 à plus de 9 000 € le m2 en moyenne» explique Sandrine Allonier.

Next Finance 9 avril
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique