IMG
Election Brésilienne : quel pourrait être le bon choix pour les investisseurs ?

Ce week-end marque le début des élections présidentielles au Brésil, dont l’issue reste incertaine. Aucun candidat n’est assez bien positionné dans les sondages de vote pour atteindre le seuil minimal requis afin de remporter la victoire lors du premier tour du 7 octobre, garantissant ainsi que le drame politique durera deux actes complets se terminant le 28 octobre au second tour des élections.

Ce week-end marque le début des élections présidentielles au Brésil, dont l’issue reste incertaine. Aucun candidat n’est assez bien positionné dans les sondages de vote pour atteindre le seuil minimal requis afin de remporter la victoire lors du premier tour du 7 octobre, garantissant ainsi que le drame politique durera deux actes complets se terminant le 28 octobre au second tour des élections. Le pays vient tout récemment de sortir d’une profonde récession et a été déclassé par deux importantes agences de notation en début d’année. Sa devise a subi l’une des plus mauvaises performances depuis le début de l’année, en baisse de 20% par rapport au dollar américain. Qu’est-ce qui pourrait tourner de façon positive pour les investisseurs?

Aussi stimulant que soit le contexte politique, le tableau principal pour les investisseurs inclut des points positifs à travers toutes les classes d’actifs –les actions, les dettes et la devise. Pour les investisseurs en actions, la croissance attendue des bénéfices de 21% cette année et de 18% en 2019 place ses sociétés parmi celles qui, mondialement, croissent le plus rapidement. Une grande partie de l’amélioration découle de l’énorme levier opérationnel dont disposent les entreprises brésiliennes à la suite de la récession, de sorte que même une légère augmentation des revenus se traduit par une nette amélioration de leurs résultats.

Cette croissance rapide des bénéfices se situe à un prix conforme à la moyenne déjà escomptée des bénéfices des marchés émergents en 2018 de 11x, constituant ainsi un mélange de croissance et de prix raisonnable difficile à trouver.

Les investisseurs en titres d’emprunt pourraient être encouragés par des rendements à 10 ans supérieurs à 6% en dollars américains et à 12% en monnaie locale, les deux taux se situant désormais dans la partie supérieure non seulement de tous les émetteurs des pays émergents, mais également dans l’histoire récente du Brésil. Si l’opinion ne s’aggrave pas et que les prix restent stables, ce sont des coupons très intéressants à détacher. Enfin, les investisseurs en devises peuvent tirer profit de la combinaison de la forte liquidation enregistrée depuis le début de l’année et d’un compte courant qui est maintenant en équilibre.

Bien entendu, aucune de ces conditions ne garantit que les investisseurs ne seront pas confrontés à de la volatilité et à un risque de perte significatif avant et après l’élection. Le maintien de la politique budgétaire, en particulier du système de sécurité sociale, a été une préoccupation majeure. Il serait inhabituel pour le candidat d’un pays de se présenter avec une plateforme de réduction des prestations sociales et d’autres programmes. Il ne faut donc pas s’étonner que cela ne constitue pas un aspect saillant des plateformes, et personne ne doit compter sur une réforme.

Néanmoins, les candidats ont signalé leur intention de régler les problèmes d’équilibre budgétaire dès leur arrivée au pouvoir, ce qui pourrait donner lieu à des surprises positives étant donné le pessimisme extrême qui caractérise les actifs brésiliens.

Etant donné l’ampleur de la baisse qu’ils ont déjà atteint, il y a une marge de manœuvre considérable pour qu’ils se rétablissent.

Morgan Harting 8 octobre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique