IMG
Des évolutions contrastées

Les mouvements observés dans les banques en ce début d’année sont contradictoires avec, d’un côté des établissements qui augmentent légèrement leurs barèmes entre 0,05 et 0,10%, d’autres qui affichent des baisses du même ordre et certaines qui restent stables par rapport au mois précédent.

Des moyennes en baisse

Les mouvements observés dans les banques en ce début d’année sont contradictoires avec, d’un côté des établissements qui augmentent légèrement leurs barèmes entre 0,05 et 0,10%, d’autres qui affichent des baisses du même ordre et certaines qui restent stables par rapport au mois précédent.

Aussi, comme il ne s’agit pas d’un mouvement unanime, sur les moyennes affichées toutes banques confondues, les taux sont finalement plutôt stables. Les moyennes se situent donc toujours sur 15 ans autour de 1,10%, sur 20 ans à 1,25% et sur 25 ans à 1,50%.

Taux affichés au 08 janvier 2020

  • 1,10% sur 15 ans
  • 1,26% sur 20 ans
  • 1,49% sur 25 ans

Des taux directeurs qui baissent de nouveau en ce début d’année

Après avoir remonté dans le courant du mois de décembre, les OAT baissent à nouveau pour flirter avec les 0%. Elles se situent en effet autour de 0,03% début janvier. «Ce niveau de taux directeurs qui servent de référence à la fixation des taux des crédits aux particuliers est une garantie forte de maintien de taux bas mais qui ne signifie pas que les taux ne vont pas du tout bouger.» explique Maël Bernier.

Evolutions à venir?

«Si de très légères remontées paraissent aujourd’hui raisonnablement envisageables, il ne s’agit pas d’un phénomène de fond ou de grande ampleur mais nous pensons que c’est notamment du côté des records, c’est-à-dire des taux les plus bas constatés, qu’il y aura un relèvement, c’est d’ailleurs déjà le cas en cette rentrée.» ajoute Maël Bernier.

Les taux moyens sur 20 ans devraient ainsi globalement toujours être compris entre 1,30% et 1,50% en moyenne, mais les records ne devraient plus - sauf très rares exceptions - descendre sous la barre des 1%. En clair, des exemples de négociations à 0,75% sur 25 ans ou encore 0,60% sur 20 ans comme nous avons pu en voir en 2019 ne devraient plus être aussi légion.

En résumé, les banques, toujours boostées par la politique de la Banque centrale européenne qui a déjà annoncé vouloir maintenir des taux de refinancement très bas, vont donc garder une politique très attractive, tout en étant certainement un peu plus vigilantes sur leurs marges.

Next Finance 13 janvier
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique