IMG
Cybergun : Refinancement des filiales américaines et soutien financier du premier actionnaire

Aux Etats-Unis, Cybergun a décidé de mettre en place un nouveau financement (plus d’un an avant l’échéance de son prêt actuel) et de s’associer à un nouveau partenaire, le groupe financier américain ENCINA. Ce financement présente le double avantage de permettre une économie nette d’environ 100 KUSD par an et, surtout, d’offrir une disponibilité supplémentaire de 2,5 MUSD (7,5 MUSD contre 5 MUSD actuellement) avec des conditions beaucoup plus favorables.

CYBERGUN, acteur mondial du tir de loisirs, est fier d’annoncer le refinancement de ses activités aux Etats-Unis et le soutien financier de son 1er actionnaire pour poursuivre le plan de retournement.

Aux Etats-Unis, le Groupe a décidé de mettre en place un nouveau financement (plus d’un an avant l’échéance de son prêt actuel) et de s’associer à un nouveau partenaire, le groupe financier américain ENCINA. Ce financement présente le double avantage de permettre une économie nette d’environ 100 KUSD par an et, surtout, d’offrir une disponibilité supplémentaire de 2,5 MUSD (7,5 MUSD contre 5 MUSD actuellement) avec des conditions beaucoup plus favorables. Ce refinancement permettra au Groupe de renforcer ses marges de manœuvre et de disposer d’un réel partenaire financier local lui permettant de continuer sur le chemin de la croissance sur cette zone.

Cette action vient en complément des autres leviers du plan de retournement initié par Hugo BRUGIERE, Vice-Président et Directeur Général, depuis sa reprise en main directe de la filiale. Pour mémoire, le Groupe a engagé de nombreuses actions aux Etats-Unis et notamment la centralisation de ses entrepôts à DALLAS et la fermeture de l’entrepôt de MINNEAPOLIS avec, à la clé, une économie de 700 KUSD nette par an. Cet accord confirme également la capacité du Groupe à mettre en place de nouveaux financements à des conditions plus avantageuses et à convaincre de nouveaux partenaires financiers.

Steve BERIAU, Managing Director chez ENCINA, a déclaré: «Nous sommes heureux d’annoncer qu’ENCINA a fourni aux filiales américaines du groupe CYBERGUN de nouvelles capacités de financement pour leurs activités. Pour avoir passé du temps avec les équipes américaines pendant plusieurs mois et pour avoir compris la nouvelle stratégie du groupe, nous sommes très heureux de pouvoir les accompagner et nous nous réjouissons à l’idée de leur fournir les moyens nécessaires pour aller au bout de leur vision. Nous avons une très grande confiance dans leur capacité à faire de leur plan un grand succès.»

Parallèlement, le groupe CYBERGUN réaffirme le soutien inconditionnel de son actionnaire principal, Claude SOLARZ, pour soutenir le redressement de l’ensemble du Groupe. Ces derniers mois, pour financer le BFR et continuer à soutenir l’effort de guerre, Claude SOLARZ a personnellement réinvesti plus de 1,5 MEUR dans CYBERGUN sous forme d’apports en compte courant d’associés. Il démontre ainsi sa forte conviction dans la stratégie actuellement menée par Hugo BRUGIERE et ses équipes.

Claude SOLARZ déclare: «Nous nous sommes portés caution du risque de liquidité de la société à un an lors de la clôture annuelle de mars dernier et je continue à croire personnellement sans l’ombre d’un doute dans le virage stratégique qui est en train d’être pris par CYBERGUN. Le refinancement des activités aux Etats-Unis avec l’augmentation de la ligne de tirage et la baisse des coûts financiers est évidemment une bonne nouvelle. Au-delà d’aider les Etats-Unis, cela aidera l’ensemble du Groupe puisque près d’un million d’euros devraient être versés par an à l’Europe pour financer ses fonctions supports (licences, sourcing, achats, etc.). La stratégie est vraiment la bonne, j’en suis convaincu, et je la soutiens financièrement personnellement.»

Hugo BRUGIERE ajoute: «L’encaissement rapide de ces management fees par l’Europe permettra d’améliorer nos délais de règlement et de normaliser nos relations commerciales avec des fournisseurs qui se sont montrés également des partenaires essentiels du retournement en accordant des délais de règlement moyen autour de 60 jours après expédition et ce sans garantie! Reste à attendre maintenant la concrétisation des gros contrats militaires qui voient leurs délais légèrement s’allonger en attendant l’alternance aux Etats-Unis et les élections présidentielles en France mais les carnets de commandes se remplissent démontrant la pertinence de notre stratégie.»

Next Finance Décembre 2016
Tags

|

Partager


Commentaire

Dans la même rubrique