IMG
Critères ESG : La transition carbone, le principal risque du secteur automobile

Lors d’un séminaire sur l’ESG (critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance), Moody’s a souligné que la transition carbone est le principal risque auquel font face les constructeurs automobile à moyen terme.

L’agence de notation a une perspective négative sur le secteur pour plusieurs raisons: 1/ l’affaiblissement de la croissance économique 2/ le ralentissement de la croissance des ventes automobiles 3/ les changements technologiques et 4/ la réglementation environnementale.

En Europe, l’échéance pour la réduction des émissions approche: en 2021, les constructeurs devront atteindre une émission moyenne de 95g CO2/km par véhicule. Les objectifs sont ajustés selon les différentes sociétés (voir ci-dessous). Jaguar Land Rover (Vente) produisant moins de 300k véhicules par an a donc un objectif fixé de 131 g CO2/km.

Des mesures drastiques doivent être prises sur les deux prochaines années. Les retards dans le déploiement des véhicules à faible émission de carbone pourraient entraver la capacité des constructeurs à éviter les pénalités. Les pénalités seront de 95€ par g/km au-dessus de la norme et par véhicule. Egalement, les consommateurs européens délaissent les voitures diesel, ce qui rend la réalisation des objectifs en matière d’émissions plus difficiles. En 2018, les véhicules à moteur diesel sont tombés à 36% des voitures particulières neuves immatriculées en Europe, contre 44% en 2017 et un sommet de 56% en 2011.

Les réductions d’émissions peuvent être réalisées de 3 manières:

  • En améliorant l’efficacité CO2 des moteurs à combustion interne produits
  • En augmentant la production de véhicules à faible émission de CO2 donnant droit à des supercrédits
  • En intégrant des mesures qui permettent de réduire les émissions de CO2 (des alternateurs efficaces, des lumières LED ou des fonctions de roue libre)

Selon la Recherche de Tullett Prebon, compte tenu de leur écart actuel par rapport aux objectifs de 2021, Fiat Chrysler , Volkswagen ou encore Ford sont parmi les plus exposés à de potentielles pénalités.

L’accord que FCA a passé avec Tesla pour profiter des crédits CO2 du groupe en Europe n’est qu’une solution économique à court terme mais n’évite pas les problèmes à plus long terme.

La Recherche de Tullett Prebon estime qu’au vu de la situation actuelle, il y a un réel risque de pénalités pour le secteur automobile. Ces coûts supplémentaires auront donc un impact négatif pour les marges opérationnelles des constructeurs automobiles. Toutefois pour les analystes de Tullett Prebon, les objectifs de réduction de CO2 pour 2021 devraient conduire à une consolidation du secteur, ce qui est positif du point de vue crédit.

Situation à fin 2017 et objectif d’émission de CO2 (moyenne par véhicule) pour 2021 (Moody’s):

Pénalités potentielles en Europe, si les objectifs pour 2021 ne sont pas atteints (selon un scénario de transition "modéré" de Moody’s):

Next Finance 6 juin
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique