IMG
Coronavirus - La phase d'exagération est proche

Selon Columbia Threadneedle Investments, les investisseurs ne devraient pas se réfugier dans les placements en espèces pendant la chute des marchés financiers due au coronavirus. Les taux d’intérêt étant très bas, s’il y a une réponse au niveau de la politique monétaire des banques centrales, les taux devraient baisser davantage.

Selon Columbia Threadneedle Investments, les investisseurs ne devraient pas se réfugier dans les placements en espèces pendant la chute des marchés financiers due au coronavirus. «Je ne préconiserais pas les placements en espèces», a déclaré Colin Moore, directeur mondial des investissements (Global Chief Investment Officer) chez Columbia Threadneedle. «Parce que les taux d’intérêt sont très bas, et s’il y a une réponse au niveau de la politique monétaire des banques centrales, les taux devraient baisser davantage.»

Les investisseurs doivent se demander s’ils considèrent les événements actuels résultant du coronavirus comme un phénomène structurel ou temporaire. «Ce n’est pas structurel», explique Moore. «Par conséquent, nous allons arriver à un point où les marchés réagissent de manière excessive. Parce qu’ils extrapolent un phénomène temporaire et le traitent comme un phénomène permanent.»

Selon Columbia Threadneedle, il existe des risques à court terme. Ceux-ci affectent principalement l’activité économique et par conséquent, la solvabilité des individus et de certaines entreprises. Si l’activité s’arrête, c’est-à-dire que les gens ne vont plus travailler ou que les entreprises ne vendent plus, l’argent ne rentre plus, la liquidité s’assèche. Dans le même temps, les dépenses restent. Colin Moore: «Les investisseurs qui n’ont pas suffisamment de liquidités ont tendance à vendre ce qu’ils peuvent - pas ce qu’ils devraient. Cela conduit à une valorisation incorrecte des risques et des opportunités sur le marché.»

Compte tenu de ce problème de liquidité, Columbia Threadneedle s’attend à ce que la politique monétaire joue un rôle mineur dans la lutte contre les conséquences du coronavirus.

Colin Moore: «L’accent devrait être mis sur les mesures de provision de liquidité plutôt que sur le coût de l’argent. Les deux sont liés. Mais la liquidité en tant qu’instrument offre plus d’options que les taux d’intérêt. La baisse des taux d’intérêt à elle seule pourrait stabiliser l’humeur du marché. Mais l’impact sur la confiance des consommateurs et des entreprises risque d’être limité si la baisse des taux ne s’accompagne pas d’autres mesures financières.»

Selon Moore, les situations telles que celle que nous sommes en train de vivre ont tendance à se dérouler en trois phases: déni, acceptation et exagération. Il estime que le marché s’oriente vers la dernière de ces phases.

«Les volumes d’échanges ont considérablement augmenté. Cela signifie que certains titres sont actuellement sous-évalués. La vente généralisée est là. Des opportunités se présentent lorsque la panique atteint son apogée. Parce qu’alors, les prix des actions et des obligations évoluent de manière assez inhabituelle.»

Le risque de récession a augmenté en raison du coronavirus. «Mais la durée et l’étendue de la récession, si elle devait survenir, resteront probablement assez gérables, à l’exception de pays particulièrement touchés comme la Chine.» «Le tourisme devrait accélérer plus lentement que les visites au supermarché du coin», explique Moore.

Next Finance 5 mars
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique