IMG
Banco Popular : Il fallait faire le choix des fondamentaux, et non uniquement l'attractivité potentielle en termes de rendements

Paul Gurzal, Responsable Crédit chez La Française, explique pourquoi La Française n’avait aucune souche subordonnée de Banco Popular dans son fonds La Française Sub Debt.

Le Conseil de Résolution unique de l’Union européenne a décidé le 7 juin 2017 de placer la banque espagnole Banco Popular en résolution, sous recommandation de la BCE qui a estimé que l’entité était sur le point de faire faillite, du fait de la détérioration rapide de sa situation de liquidité.

En conséquence, le régulateur européen a déprécié intégralement la valeur des actions de la banque et de ses dettes Additional Tier 1 (CoCos) et de convertir les instruments de dettes Tier 2 en de nouvelles actions, qui ont été transférées à Banco Santander pour une valeur de 1 euro. La perte pour les porteurs des dettes subordonnées est totale (taux de recouvrement de 0%). La dette AT1 est présente dans les indices mais reste marginale (<0.3%). Les dettes seniors et les dépôts de la clientèle de Banco Popular sont sauvegardés et sont transférés à Banco Santander. Aucune aide d’Etat ne sera sollicitée lors de cette transaction.

De son côté, Santander reprend donc le bilan de Banco Popular pour 1 euro symbolique et lance une augmentation de capital de 7Mds€ afin de pouvoir effectuer un «nettoyage» du bilan de Banco Popular en augmentant significativement les provisions sur les actifs douteux et expositions immobilières, bien au-delà des niveaux moyens du secteur espagnol. Ainsi, l’acquisition de Banco Popular aura un impact neutre en termes de solvabilité pour Santander et lui permet d’augmenter significativement sa part de marché en Espagne.

Nous jugeons que l’impact pour le marché des dettes subordonnées est au final positif, notamment à en juger par la réaction du marché ces dernières semaines et suite à l’annonce de la résolution.

Il n’y a pas eu d’effet de contagion sur les CoCos des autres banques espagnoles, qui ont pu d’ailleurs placer de nouvelles obligations CoCos sur le marché ces dernières semaines (CaixaBank et Banco Sabadell). D’autre part, les CoCos espagnoles réagissent favorablement à cette décision et se situent en hausse (au 7 juin à mi-journée) par rapport à la veille de la décision. Cela montre que le marché fait la part entre les problèmes spécifiques à une banque et le reste du secteur, dont la santé financière s’est nettement améliorée ces dernières années.

La Française, en raison des fondamentaux que nous jugions insuffisants et trop dégradés par rapport au positionnement «premium» de son fonds, qui se concentre sur des émetteurs européens de bonne qualité, n’a aucune souche subordonnée de Banco Popular dans son fonds La Française Sub Debt.

La Française Sub Debt (Part C FR0010674978) a été créé le 20/10/2008 et affiche des encours au 31/05/2017 de 665 millions d’euros et une performance annualisé de 8.25% depuis sa création, par rapport à son objectif de gestion de 7% sur un horizon de placement recommandé supérieur à 10 ans (performance cumulée nette de frais sur 1 an de 13.02% contre 7%; sur 5 ans de 65.32% contre 40.26% et depuis la création du fonds: 97.93% contre son objectif de 79.07%). Par ailleurs, nous n’avions pas de positions en dette subordonnée de Banco Popular sur les fonds de crédit gérés par La Française AM.L’expertise Obligataires de La Française pèse plus de 18 milliards d’euros (au 31/03/2017), dont plus de 11 milliards d’euros sur l’expertise Crédit.

Cet évènement de marché valide notre stratégie de sélection des émetteurs en fonction de leurs fondamentaux, et non uniquement en raison de leur attractivité potentielle en termes de rendements.

Paul Gurzal 12 juin
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique