IMG
Au revoir le Frexit : les fonds Special Situations et CTA montent sur le podium

Toutes les stratégies ont gagné du terrain cette semaine. Les hedge funds ont participé au mouvement haussier dans une mesure dépendant des protections mises en œuvre avant le scrutin français. Les fonds Special Situations ont surperformé, dopés par les gains de leurs positions cycliques et de retournement...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Contrairement aux enquêtes menées avant le référendum britannique et les élections américaines, les sondages portant sur le scrutin présidentiel français se sont vérifiés. La probabilité d’une victoire de Marine Le Pen semble très ténue et en dehors des marges d’erreur. Le risque à moyen-terme d’un Frexit s’est notablement atténué. Pourtant, la nette avancée d’Emmanuel Macron (qui devrait l’emporter avec 59 à 64% des suffrages) ne peut faire oublier la puissante contestation également exprimée par les électeurs. La marge de manœuvre dont disposera le gouvernement pour réformer la France sera testée à l’occasion des élections législatives de juin. Les deux finalistes ne venant pas des deux grands partis traditionnels, il n’est pas évident qu’ils parviennent a rassembler une majorité.

Sans surprise, les actifs risqués mondiaux ont rebondi. L’euro s’est installé autour de +1,5%, les titres bancaires de la zone euro ont bondi de 8%, le spread entre l’OAT française et le Bund allemand à 10 ans s’est contracté de 15 pb et l’or a cédé environ 1%.

Toutes les stratégies ont gagné du terrain cette semaine. Les hedge funds ont participé au mouvement haussier dans une mesure dépendant des protections mises en œuvre avant le scrutin français. Les fonds Special Situations ont surperformé, dopés par les gains de leurs positions cycliques et de retournement.

L’exposition longue très marquée des fonds CTA aux actions a plus que compensé les pertes occasionnées par leurs positions courtes sur l’euro et leurs positions longues sur les obligations libellées en euros.

Par contraste, les couvertures et le positionnement relatif des fonds Global Macro et L/S Equity ont limité leurs gains.

Les marchés et les hedge funds ont également été soutenus par des résultats trimestriels très favorables. En Europe, la dissipation du risque politique a profité à la plupart des entreprises publiant leurs résultats. Leur propres fondamentaux ont été relégués au second plan. Les actions ont enregistré des gains généralisés mais la génération d’alpha est donc restée modeste. L’environnement de sélection des titres devrait s’améliorer avec désormais plus d’attention des investisseurs sur les fondamentaux des entreprises et sur la reprise Européenne.

Aux Etats-Unis, des résultats conformes aux attentes ne suffisent plus à induire des performances boursières significatives. Des valorisations onéreuses et des anticipations ambitieuses pour les résultats du premier trimestre se traduisent par une plus forte discrimination par les fondamentaux.

A l’inverse de leurs homologues européens, les gérants de fonds doivent se contenter d’une moindre contribution du marché mais bénéficient de meilleures perspectives d’alpha.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique