IMG
Achat d'un bien en copropriété : les pièges à éviter pour prévenir les charges supplémentaires

Lors de l’achat d’un lot en copropriété, les acquéreurs sont généralement très vigilants sur l’état du bien, et passent en revue les moindres recoins pour ne pas avoir de mauvaises surprises et pouvoir estimer les surcoûts liés à d’éventuels travaux. Malheureusement les copropriétaires accordent une importante toute relative...

Lors de l’achat d’un lot en copropriété, les acquéreurs sont généralement très vigilants sur l’état du bien, et passent en revue les moindres recoins pour ne pas avoir de mauvaises surprises et pouvoir estimer les surcoûts liés à d’éventuels travaux. Malheureusement les copropriétaires accordent une importante toute relative à «l’environnement» du bien, à savoir la copropriété.

Il est pourtant nécessaire de prêter attention aux charges supplémentaires qui sont susceptibles d’être appelées dans les mois ou années qui suivent l’achat. Trois postes sont à surveiller tout particulièrement: les travaux, les impayés et le personnel.

Les travaux, la source d’augmentation des charges la plus courante

Avant l’achat d’un bien en copropriété, il convient de vérifier les postes de travaux les plus importants que sont la toiture, les façades, les canalisations, la chaufferie et l’ascenseur. Cette vérification passe par la consultation des procès-verbaux d’assemblée générale, mais également en procédant à une revue complète des éléments collectifs de l’immeuble. Trop souvent les copropriétaires se contentent de visiter uniquement l’appartement et le hall d’entrée.

Une attention majeure doit être portée sur les impayés

C’est un point auquel les copropriétaires ne pensent pas forcément en achetant un bien, mais qui peut fortement impacter le montant des charges futures à payer. Il est indispensable de consulter le solde des copropriétaires qui permet de constater les éventuels impayés et connaitre la politique de recouvrement mise en place par le syndic. En l’absence de procédures rigoureuses, l’accumulation des impayés peut avoir un impact conséquent. A court terme, cela se traduira par une hausse des charges pour combler les déficits et à long terme les procédures de recouvrement aboutiront à des impayés auprès des prestataires et fournisseurs. Ainsi les gros travaux indispensables à la copropriété ne seront pas entrepris, entrainant une dégradation de la copropriété et donc de facto une hausse des charges. Le cercle vicieux est alors enclenché.

La retraite du gardien un coût non négligeable pour la copropriété

Le départ à la retraite du personnel d’immeubles dont l’âge est compris entre 62 et 70 ans, doit être envisagé. Cela peut représenter un coût important pour la copropriété (souvent plusieurs dizaines des milliers d’euros). Malheureusement, cette situation est trop peu souvent anticipée par la copropriété et le syndic. Si elle se présente juste après l’acquisition du bien, ce sera à l’acquéreur de prendre intégralement en charge les frais liés à ce départ en retraite! Il est donc nécessaire de se rapprocher du conseil syndical et du syndic de l’immeuble afin d’obtenir les informations nécessaires et éviter cette situation.

Rachid Laaraj 15 juin
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique